top of page

Vivre le deuil de son animal


Suite à un accident, une maladie, ou parce qu’il est arrivé en fin de vie, votre animal de compagnie vous a quitté. Vous vous retrouvez seul, totalement abasourdi, avec un creux béant au sein de vos entrailles.


Incompréhensible pour certaines personnes qui n’ont pas vécu ce lien intense avec un animal ! Et pourtant la perte d’un animal peut parfois être ressentie de manière plus intense que la perte d’un parent. Cette perte est liée à l’expérience personnelle avec l’animal, quelles que soit sa race, son espèce ou sa taille.

Un vrai travail de deuil est nécessaire, d’autant plus difficile, que ce chagrin est souvent mal compris et sous-estimé.

Chacun vivra son deuil à sa manière, selon son expérience, son ressenti, son attachement, sa force de caractère, la composition du foyer, s’il se sent compris et entouré, etc.…


Comment faire le deuil de son animal de compagnie ?

Quoiqu’il en soit, plusieurs étapes sont nécessaires pour engager le processus de deuil et surmonter cette épreuve : voici quelques conseils pour les franchir, et adoucir, autant que faire se peut, votre chagrin. Il ne s’agit pas d’oublier, mais bien de cheminer vers l’apaisement, pour ne garder au fond de son cœur, que les moments de joie et de partage avec votre compagnon, tout au long de ces années.


PRENEZ VOTRE TEMPS, les étapes sont nécessaires

- Le choc, voire le déni : impossible à accepter, vous vous refusez à accepter cette triste réalité. Violence, douleur, tristesse … Seul le temps vous permettra de franchir les étapes nécessaires au processus.

- Les émotions, voire la culpabilité : il est très important d’accueillir ses émotions, quelles qu’elles soient. Nous avons tous une façon différente de vivre ces moments douloureux. Ne pas retenir, verbaliser, exprimer. Ce qui n’est pas exprimé, cristallise et revient, parfois sous une autre forme. Peut-être aller vous vivre de la culpabilité, peut être aurez vous besoin de reporter la responsabilité sur un tiers ? Peut-être allez-vous vivre de la colère ? Ces émotions sont normales et font parties intégrantes du processus.

Accueillez, laissez couler, écrivez …

- La tristesse, le chagrin … pour enfin accepter : vous allez avoir besoin de le faire revivre dans vos souvenirs, chercher des photos, vous remémorer des scènes, des moments de tendresse, de rire, de jeu, de promenade, des anecdotes, des moments qui n’appartenaient qu’à vous.

Laissez faire, suivez vos envies ….


- L’acceptation, pour la guérison : Accepter c’est finalement le premier pas vers la guérison. Au bout de quelques temps (variable selon les personnes), vous vous habituerez progressivement à son absence, vous mettrez en place d’autres habitudes pour finalement accepter la disparition de votre compagnon, et vous reconstruire, en ne conservant que vos meilleurs souvenirs.

La guérison est en marche ….


Des outils précieux pour vous accompagner

Voici quelques conseils et outils qui pourront vous être utiles pour faire votre chemin en douceur.

La communication animale après la mort

Pour vous accompagner dans ce processus, sachez qu’une communication animale avec votre animal défunt est possible, quelques temps seulement après sa mort.

La communication animale après le décès de votre compagnon est un excellent moyen d’adoucir votre peine et retrouver de la sérénité.


Elle permet à votre animal de nous dire comment il se sent, s’il sait où il est, s’il sait qu’il est mort ... en effet selon les circonstances, il leur arrive de ne pas savoir.

C’est le cas de Pastis, chat décédé soudainement, qui ne savait plus où il se trouvait, mais n’avait pas conscience qu’il était mort. Il a fallu qu’il en prenne conscience, afin que je puisse continuer à l’accompagner.


La communication animale nous permet de savoir où est l’animal actuellement.

Est-il déjà passé de « l’autre côté du voile » ? Si tel n’est pas le cas, pourquoi son esprit est-il encore là ? A-t-il une mission sur ce plan ? Est-il retenu, bloqué ici-bas ? Pour quelle(s) raison(s) ?

Lorsque l’esprit est retenu ceci peut perturber l’énergie du foyer, générer beaucoup de lourdeur, de frein.

Pour Eliane et son chien, voici ce qu’il en était : « La profonde peine d’Eliane est comme une amarre qui ne permet pas à T. de s’élever ». C’est en prenant conscience de là où on est, que le chemin peut reprendre. Il m’arrive de recevoir des conseils, des guidances pour accompagner et aider le gardien dans le processus du deuil, et permettre à l’animal de s’élever.


Lors de la communication, je peux recueillir son sentiment, ses derniers messages, des mots parfois très encourageants, comme pour Galak à l’attention de sa gardienne Laurence : « Dis -lui qu’elle s’est apaisée avec le temps et que je suis fier d’elle, du chemin parcouru malgré les obstacles qui n’ont pas été facile à franchir ».


Ou très fort, comme celui de Cana à l’attention de sa gardienne : « Apaise ton cœur et ton chagrin. Je suis là, dans ton cœur, et ça personne ne te l’enlèvera jamais. Je suis là, partout en toi et autour de toi. Il te suffira de penser à moi pour me sentir tout près de toi. Je suis le souffle du vent sur ta peau. Je suis l’atmosphère que tu respires. Je suis la plante que tu soignes. Je suis la rose que tu regardes. Je suis là partout en toi et autour de toi. »


Et parfois des conseils très personnels, qui font sens auprès du gardien, comme pour Anaïs : « |…] elle doit transformer son mode relationnel pour atteindre l’équilibre attendu. De là émergeront de belles rencontres, de cœur à cœur, et non de cœur dans le cœur ».


Je peux lui livrer les vôtres, oh combien précieux pour ce dernier au revoir.

Enfin, quand tout cela est fait, je peux le guider, vers le portail qui lui permettra de suivre son nouveau chemin, à sa place, dans sa nouvelle mission.

L’énergie du foyer peut alors à nouveau s’apaiser et vous permettre de cheminer vers votre guérison et la guérison des membres du foyer.


Et pour vos enfants, comment ça se passe ?

La perte d’un animal peut être particulièrement incompréhensible et difficile pour un enfant. Ce sera peut-être sa première expérience avec la mort.

Ne lui cachez rien, sans rentrer dans les détails. Investissez dans un petit livre qui explique la mort ou la maladie de manière illustrée. Proposez-lui de faire un dessin pour son copain.

Vous pouvez organiser une petite cérémonie d’adieu à votre animal, allumez une petite bougie, écoutez une jolie musique, expliquez à votre enfant que c’est pour le guider vers le « paradis des animaux », plantez une fleur ou un arbre …

Laissez votre imagination vous guider ...



Partager avec des personnes qui vous comprennent

En parler avec des personnes qui partagent votre sensibilité vous aidera, car ils comprendront votre douleur sans la juger. L’animal de compagnie peut représenter pour certaines personnes le seul véritable ami avec qui elles partagent leur vie. La perte de leur animal peut donc à lui seul représenter un véritable gouffre émotionnel.


Evelyne me disait : « Il me donnait tellement d’amour, il était toujours avec moi, me suivait partout. Il était adorable, on se comprenait. Nous étions fusionnels ».


Laissez pour l’instant, les personnes qui sont dans l’incompréhension. Celles qui n’ont pas vécu de lien intense avec un animal ne peuvent pas comprendre ce bouleversement et la souffrance ressentie.

Le cas échéant, si la douleur ne s’estompe pas au bout de quelques semaines, n’hésitez pas à prendre contact avec un professionnel de santé.


La perte d’un animal, peut affecter les autres animaux du foyer

Pensez-y, pour vos autres compagnons du foyer, il s’agit également de la perte d’un copain, d’un ami, qui parfois l’aura accompagné toute sa vie durant.

Sa peine n’est donc pas à négliger. Ils ressentiront également la peine de leur gardien et peuvent manifester des signes de dépression. Il s’agira alors de bien les entourer et de les accompagner eux aussi.

C’est le cas de cette jolie louloute, dont la gardienne est venue vers moi désemparée, en me disant « Je ne comprends plus ma chienne et j’ai besoin d’aide. Je ne sais plus quoi faire ». Après avoir perdu le premier chien du foyer 6 mois auparavant, cette jolie chienne s’est mise à développer des troubles du comportement (perte d’appétit, grossesses nerveuses, réaction face aux enfants …). De quoi inquiéter la famille, qui a eu de bons réflexes, a mis en place pas mal de choses, et a fait appel à moi pour travailler avec elle en communication animale et soins énergétiques.

De quoi la remettre bien dans ses pattes !


Adopter un nouveau compagnon aussitôt après, bonne ou mauvaise idée ?

Il ne s’agit pas de « remplacer » votre compagnon. Celui-ci a été, et restera.

Chaque situation est unique, chaque façon de l’aborder l’est aussi. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon. Ceci reste personnel.

Certains préfèreront rester dans leur peine, la vivre, et prendre le temps de se sentir prêt avant de repartir vers un autre animal.

Pour d’autres, ce chagrin est tellement immense, qu’ils s’abstiendront de renouveler l’expérience de l’adoption. Le deuil est tellement intense, qu’ils ne peuvent envisager de revivre cette expérience.

Enfin, pour certains, une nouvelle adoption rapide sera un moyen de passer cette étape trop douloureuse.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de réagir. Prenez le temps de la réflexion, et faites ce qui vous semble le plus juste à vos yeux. Les refuges regorgent d’animaux en peine d’amour et qui n’attendent que la chaleur d’un foyer ! Ils ont tant à nous offrir ….


Un conseil : changez de race ! Ne cherchez pas à remplacer votre animal disparu. Ainsi vous éviterez l’écueil de la comparaison. Il sera différent, il vous apportera autre chose, mais cette relation sera tout aussi riche et nourrissante.


Et surtout : ne jamais offrir un animal à quelqu’un sans son consentement, en pensant « bien faire » ou faire plaisir ! Vous pourriez générer l’effet inverse ! L’adoption est un choix personnel avant tout !


Et dernière chose, besoin d’un conseil avant l’adoption ?

Sachez-le, la communication animale permet aussi de savoir ce que souhaite l’animal que vous avez choisi, et aussi de préparer l’arrivée de ce nouveau compagnon dans le foyer, pensez-y !


Je vous souhaite plein de douceur et de paix dans vos cœurs.

48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page