top of page

Je dois le laisser tout seul



C’est la rentrée ! Et après une longue période de vacances en votre compagnie, votre loulou va peut-être trouver dur de se retrouver tout seul !

Alors que ce soit dans le cadre d’une adoption, d’un accueil, d’un apprentissage, ou dans le cadre d’une reprise du travail, voici quelques conseils pour permettre à votre compagnon, une rentrée tout en douceur.


Conseil N°1 : Banaliser vos départs et vos retours

Vous devez vous absenter ? N’en faites pas toute une affaire ! Au contraire, associez ce moment à un moment de banalité. « Normaliser » vos absences est primordial.

Vous pouvez tout à fait simuler un départ, prendre vos clefs, mettre vos chaussures et continuer à vaquer dans la maison comme si de rien n’était, voire vous poser dans un endroit calmement. Ou encore, sortir sans crier gare, sans prévenir, allez chercher le courrier, ou le pain et revenir, sans marquer, ni votre départ, ni votre retour.

L’objectif étant de ne pas associer du stress ou de l’anxiété à votre départ, rendre « banal » ce moment de séparation et ne pas générer de l’anxiété chez votre compagnon.

Idem pour votre retour : il vient vous faire la fête. Sans l’ignorer, ne répondez pas à sa joie par une explosion de bonheur. Prenez le temps de poser votre manteau, votre sac, de faire quelques pas dans la maison avant de lui donner une caresse et de lui porter attention.

Quand lui aura retrouvé son calme, rappelez-le pour lui accorder un bon moment d’attention, de caresses et de tendresse.


Conseil N° 2 : Être seul, cela s’apprend

Bien que votre compagnon préfèrera toujours votre présence à la solitude (le chien est un animal de meute), la vie reprend son cours, et vous, vos activités professionnelles. Rien de bien naturel pour lui d’être seul, puisque cela peut être source de stress, d’ennui. Mais avec de la patience, du temps, de la persévérance et de la volonté, on y arrive !

Plus vous allez vous y employer tôt, plus l’apprentissage sera facile !

Lors d’une adoption, prévoyez de passer du temps avec votre animal les premiers jours. Il ne s’agit pas de reprendre le travail, le lendemain de l’accueil ou de l’adoption.


La règle d’or : l’apprentissage doit se faire progressivement et dans la douceur. Allez-y pas à pas, en augmentant votre temps d’absence peu à peu.

Au début, commencez par le laisser quelques minutes dans une pièce, alors que vous êtes dans une autre pièce de la maison. Commencez par de courtes absences de 5-10 mn, à un moment où votre animal est occupé, ou distrait, afin qu’il ne se rende pas compte de votre départ. Puis quand vous sentez qu’il est serein avec cette durée, augmentez progressivement. N’hésitez pas à le féliciter et à le récompenser de sa « bonne conduite » dès qu’il vous perd de vue. L’objectif étant d’associer votre absence à un moment de plaisir.

La peur de l’abandon existe chez certains animaux, alors, il faut y aller progressivement, le temps qu’il comprenne que vous revenez toujours.


Votre état émotionnel entre en jeu : plus vous serez serein, meilleur sera le résultat.


Conseil N° 3 : Comblez ses besoins de découverte et de dépense

Même si vous avez un jardin, votre toutou a besoin de sorties quotidiennes, d’activité physique régulière !

Il a besoin d’explorer, de rencontrer ses homologues, de renifler des odeurs autres que les siennes, de découvrir, de se dépenser physiquement. Alors, une sortie de minimum de 30 mn par jour, voire même deux fois par jour si possible contribuera à un bon équilibre de votre compagnon !

Un toutou bien fatigué générera moins de stress au départ de son gardien. Alors, prévoyez une sortie avant votre départ, et une sortie à votre retour !

Prévoyez également des temps de jeu, nécessaire à son bien-être et à son équilibre.

Conseil N° 4 : Occupez lui l’esprit

Un chien laissé seul à lui-même des heures durant s’ennuie. Les plus sensibles pourront même souffrir de dépression.

Certains se mettront à détruire, d’autres à aboyer, d’autres à faire leurs besoins dans la maison …

Pour limiter l’ennui autant que faire se peut, laissez-lui des jouets à disposition. Des longs, des courts, des durs, des mous, des jouets de textures différentes afin de stimuler son imagination et l’aider à se défouler ! Vous pouvez lui laisser un jouet rempli de friandises (renseignez-vous auprès des boutiques d’accessoires pour animaux), qu’il aura à cœur de découvrir pendant votre absence : ainsi on créé à nouveau un conditionnement positif.

Mettez vos affaires sensibles, fragiles, voire dangereuses pour lui à l’abri. Pensez à lui laisser accessibles seulement ses affaires, des jouets adaptés, et de l’eau.

Lorsque vous rentrez, vous ramassez les jouets et lui mettez à disposition seulement pendant votre absence. Ainsi, il associera votre absence à un moment de jeu pour lui.

Conseil N° 5 : Limitez son espace

Vous pouvez lui apprendre à apprécier un endroit plus qu’un autre, lui offrir un endroit cocooning, plus confiné, une pièce où il se sent bien. Ne lui laissez pas accès à toute la maison. Associez cet endroit à un moment de plaisir, avec son coussin, des friandises, des jouets, un os à mâcher, et surtout félicitez le.


Conseil N° 6 : Quelle est la durée maximale d’absence ?


Cette question vous brûle les lèvres : Combien de temps puis-je laisser mon animal seul ?

Chaque animal étant différent, il n’y a pas de réponse universelle. Mettez-vous à la place de votre animal…. Resteriez-vous enfermé des heures durant sans pouvoir ni vous occuper, ni vous soulager, et sans voir personne ?

La réponse dépend bien entendu de plusieurs critères : de la personnalité de votre animal, de l’apprentissage de la solitude qui aura été fait, de la dépense physique qu’il pourra faire dans la journée, des moments d’attention et de partage que vous allez lui octroyer pendant vos heures de présence, du fait qu’il soit dans son environnement familier ou sur un lieu étranger (vacances), mais également de son âge.

Aussi une durée maximale de 4 à 6 heures parait être une durée raisonnable d’absence pour votre compagnon.


Si vous ne pouvez vous rendre disponible au bout de cette durée, vous pouvez toujours faire appel :

  • A un ami, un voisin qui pourra rendre une petite visite à votre animal

  • A un(e) dog-sitter, qui pourra venir rendre visite, ou balader votre chien dans la journée, lui donner à manger, lui faire des câlins, … Il existe des étudiants qui font cela, des sites spécialisés, des sites spécialisés où vous pourrez faire un échange de services. Soyez ouvert et curieux ! Des solutions existent.


Conseil N° 7 : Qui mieux que lui, peut vous en parler ?


La meilleure personne qui pourra vous dire ce qu’il vit, ce qu’il ressent, ce qu’il aimerait, …. C’est lui !

Pour vous accompagner dans cette démarche, vous pouvez lui offrir une communication animale, qui vous permettra un véritable échange adapté à votre animal. Chaque animal est unique : ce qui sera valable pour l’un, ne le sera pas pour l’autre !

La communication animale vous permettra une adaptation « sur mesure », une préparation en amont de ces temps d’absence, de lui expliquer les raisons de votre absence et le rassurer. Elle vous permettra également de comprendre ce qu’il vit, ce qu’il ressent et de trouver ensemble des solutions pour y remédier.

Si toutefois ces périodes d’absence s’accompagnent de stress, il sera toujours possible de lui dispenser un soin REIKI afin de l’apaiser et de le sécuriser.


Le REIKI s'adapte à la situation et à l'animal, il se pose là où il en a besoin.

Alors, à tous,

Je vous souhaite une Bonne Rentrée tout en douceur !

124 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page